Bitcoin et médias: La Libre Belgique et bit4you

Suite (18/3/2022).

Il est difficile de ne pas voir une certaine responsabilité médiatique dans la vaste arnaque que sont les cryptomonnaies, NFTs, et autres “révolutions” de la blockchain. En traitant bien souvent les cryptomonnaies comme “un investissement” (risqué, certes, mais légitime) dont on rapporte les montées et descentes comme si c’était une action cotée en bourse, ils leur donne une aura de respectabilité qui aide à recruter les nouvelles générations d’investisseurs… qui se retrouvent bien souvent les cibles de la prochaine arnaque, ou simplement les victimes de la nature légèrement… “pyramidale” de l’investissement.

Au vu de la vaste quantité d’argent sale au cœur de cette “crypto-économie”, il me semble particulièrement important pour les médias de s’assurer que, dans leurs propres transactions avec le milieu, ils sont irréprochables et au-dessus de tout conflit d’intérêt. Ce qui m’amène à La Libre Belgique et à la société bit4you.

La Libre Belgique a attiré mon attention par leur couverture particulièrement positive et constante des cryptomonnaies. C’est peut-être une impression personnelle, mais je les vois plus que la plupart des autres médias francophones diffuser chaque montée du prix, et offrir une tribune à des entrepreneurs en blockchain et cryptomonnaies.

Avec parfois, me semble-t-il, un léger flou entre le contenu publicitaire et le contenu journalistique. Parce que La Libre publie des “publireportages”, contenu sponsorisé prenant le format d’un article “normal”. Par exemple: cette série de 6 articles “#Décrypto”. Ces articles sont clairement marqués comme “contenu de partenaire” et “PUBLICITE”, mais ils se retrouvent catégorisés dans la section “Placements et marchés” du site et sont écrits comme des articles “informatifs”. Plus récemment, on a ces articles “Le bitcoin, un nouvel eldorado pour les jeunes” et “Les jeunes investisseurs“, eux aussi marqués “publireportage” et avec une note indiquant qu’il s’agit d’un contenu publicitaire à la fin, mais visuellement absolument identiques à tous les articles “légitimes” (et aussi écris dans un style “neutre” qui cherche clairement à donner l’impression qu’il s’agit d’articles et pas de publicités).

Cette limite floue entre “contenu journalistique” et “publicité” est déjà un peu dérangeante, mais jusque là “ça peut aller”. Mais voici où les choses deviennent un peu plus franchement problématiques. Ces contenus publicitaires proviennent tous des “bit4you“, une plateforme d’échange de cryptomonnaies basée en Belgique et dirigée par un certain Marc Toledo.

Et, en même temps que La Libre se fait payer pour diffuser les contenus publicitaires de bit4you, ils diffusent aussi des “vrais” articles faisant les louanges de cette même société. Voir aussi ici et ici. Aucun de ces articles ne sont des publicités, mais ils mettent clairement en avant une société en particulier, et donnent largement la parole à Marc Toledo qui se retrouve de facto “l’expert” de prédilection sur les questions de cryptomonnaies pour le journal.

La relation entre La Libre et bit4you est donc trouble: d’un côté, c’est une relation commerciale, où bit4you paie La Libre pour y placer son contenu publicitaire. D’un autre côté, c’est une relation journalistique, où La Libre interview Marc Toledo en tant qu’expert pour alimenter du contenu informatif.

Est-ce illégal ou une faute professionnelle? Honnêtement, je n’en sais rien du tout. Mais ce qui me semble très clair, c’est que le milieu des cryptomonnaies est pourri jusqu’à l’os, est remplis d’arnaques et de sociétés à l’honnêteté plus que douteuse, et que face à ce genre de milieu les médias devraient faire preuve d’une attention particulière à éviter de se retrouver dans des situations de potentiel conflits d’intérêt, qui les rendraient (éthiquement si pas juridiquement) complices des malversations en tout genre qui font tourner cette “crypto-économie”.