Suite: La Libre Belgique et bit4you

Adrien Foucart | 18 Mar 2022
2xRien - un blog

Suite 4/7/2023: Bit4you, une faillite inévitable

Je notais le 20 février dans l’article “Bitcoin et médias: La Libre Belgique et bit4you” le traitement douteux des cryptomonnaies par les médias, et en particulier les mauvaises pratiques apparentes de La Libre, dont le partenariat commercial avec la plateforme bit4you semblait parfois déborder dangereusement sur leur contenu journalistique.

Suite à cet article, j’ai signalé le problème au Conseil de Déontologie Journalistique, en notant en particulier:

  • Des tweets n’indiquant pas la nature publicitaire de certains “publireportages” de bit4you.
  • Un manque de clartĂ© sur les pages de ces publireportages quand au fait qu’on regardait un contenu publicitaire.
  • Un possible conflit d’intĂ©rĂŞt avec des articles non-publicitaires mettant largement en avant bit4you et son cofondateur Marc Toledo alors qu’une relation commerciale existe aussi entre La Libre et bit4you (exemples: [1, 2, 3]).

RĂ©ponse de La Libre

Suite à la transmission de ma plainte au journal, La Libre a supprimé les “tweets” incriminés (sauf un…), et a modifié l’apparence des publireportages pour les rendre plus distinctifs et plus visiblement “publicitaires”. Dans sa réponse au CDJ, M. Legge, rédacteur en chef de LaLibre.be, indique que les tweets sont le résultat d’un problème technique qui, de mi-janvier à mi-février, a perturbé leur système de publication automatique sur Twitter qui ne filtrait plus les publireportages. Ce problème serait maintenant résolu.

Avant / Après: apparence du publireportage

Concernant les articles “non-publicitaires”, ils invoquent l’indépendance de la rédaction qui implique de “ne pas exclure un interlocuteur pertinent parce qu’il est aussi un annonceur régulier ou pas”, ce qui serait contraire à “l’esprit de
l’indépendance journalistique”. M. Legge note également que La Libre a aussi publié des articles critiques des cryptomonnaies et pointe quelques exemples [1, 2, 3, 4].

Suffisant ?

Le CDJ m’a demandé si, suite à cette réponse, je souhaitais poursuivre et demander à ce qu’ils traitent la plainte sur le fond. J’ai répondu que non.

Je reste très dubitatif quand au choix rédactionnel de La Libre. Les plateformes d’échanges de cryptomonnaies ne sont pas de simples business. Il est impossible d’y participer sans être associé, directement ou indirectement, à des pratiques douteuses et/ou frauduleuses. Bit4you, par exemple, utilise pour toutes ses transactions la cryptomonnaie de la société “Tether” (USDT), qui est largement soupçonnée de fraude et de manipulation du marché. Il me semble qu’une attention particulière devrait être prise par les journalistes lorsqu’ils traitent avec de tels partenaires.

Mais il s’agit là d’un choix rédactionnel. Je pense que La Libre fait ici un mauvais choix, et qu’ils auraient besoin de se tourner vers d’autres experts pour traiter les questions relatives aux cryptomonnaies, mais je ne dispose pas d’éléments permettant de soupçonner de la malhonnêteté de la part du journal. Je pense que c’est du mauvais journalisme, mais ça c’est une toute autre question !

Si ce post vous fait réagir, vous pouvez contacter l'auteur (moi) par mail: adrien@adfoucart.be